Musique

Purpose, la renaissance de Justin Bieber ?

Bon bon bon. Par où commencer ? Parce que oui, je pense que j’ai pas mal de choses à dire. D’abord, j’crois que ce serait pas mal que je vous fasse mon « historique Justin Bieber ». Oui, oui, j’avoue j’ai eu ma période « Baby baby baby oooooh ».

giphy (5) Avouez, vous avez tous.te été jaloux.se à ce moment-là.. allez avouez je le sais !

De 2009 à 2012, j’ai a-d-o-r-é Justin. Vraiment. Beaucoup. Très fort.

giphy (13)Genre comme ça.

BREF. Ensuite Justin a changé. Justin a grandi. Justin est entré dans l’adolescence. Et là vous vous dites : « et elle, elle avait 70 ans peut-être ?! ». Ouai ok j’étais ado aussi, mais que voulez-vous, parfois les chemins se séparent, les routes deviennent sinueuses, il y a de moins en moins de lumières, de plus en plus de virages, des bosses… merde, je suis en train de divaguer, pardonnez-moi. Anyway, Justin a quitté mon cœur. Je me suis tournée vers d’autres horizons, j’ai fait mon bonhomme de chemin (naaan stop avec les chemins). Puis il est réapparu dans ma vie, comme par magie (bon pas vraiment par magie mais vous voyez l’truc). Si je devais être tout à fait honnête (j’vais être honnête ? Oui ? Oui.) en fait, en faisant quelques petites recherches, je viens de découvrir que Justin a sorti un album nommé Journals et que je le savais pas. Genre j’en ai jamais entendu parler, inconnu au bataillon. Donc finalement, de 2012 à 2015, jusqu’à sa « résurrection » (comme j’appelle ce phénomène), je l’ai juste complètement ignoré, notre pauvre Bieber. Bon, je l’ai ignoré, certes, mais ça m’empêchait pas de le défendre quand des méchantes personnes le critiquaient un peu trop pour sa conduite inopportune, ses accès de colère ou que sais-je encore.

giphy (9)« Voilààà comme ça c’est bien. Chuuuut. »

Au fond, je l’aimais toujours un peu mon Justinou choupinou.

Si je suis là aujourd’hui, c’est pour vous parler de son tout nouvel album, Purpose : The Movement, qui, franchement, envoie du pâté.

Le premier titre, Mark my words, est un genre d’introduction à l’album, qui, je dois le dire, est assez émouvant. Il y a des passages de vidéos en noir et blanc dans lesquelles on peut voir Justin « déambuler », entrecoupés de vidéos dans lesquelles on le voit insulter et frapper un paparazzi par exemple, ou des vidéos de ses fans en furie. On l’entend parler et faire une petite rétrospective de sa carrière : il explique à quel point il a été pris dans la spirale infernale de la célébrité et à quel point il s’est perdu. Ca colle bien avec la « nouvelle image » qu’il veut se construire (enfin, son vrai lui qu’il veut montrer). Il a grandi et on le sent.

J’aime particulièrement les sonorités électroniques de cet album, ça change pas mal de d’habitude. Particulièrement dans I’ll show you et dans Where are Ü now (ouai on l’a entendue 784 fois chacun au moins mais quand même). Mais surtout, surtout, dans Children. Cette petite pépite qu’il nous a sorti là ! En même temps, en featuring avec Skrillex, on ne pouvait que s’attendre à un son de qualité… Je me lasse pas de cette chanson, et j’avoue, je m’ambiance toute seule dans le métro à chaque fois qu’elle sort de mes écouteurs. Les gens me prennent pour une folle, j’vous jure.

giphy (4)Un peu comme ça, ouai…

En plus, le message est vraiment bien : de la solidarité, de l’unité, « on peut changer le monde ensemble, nous les jeunes et les enfants ». C’est un beau message d’espoir (qui colle, encore une fois, avec le désir de notre petit Justin de montrer son vrai visage). Et les gars, moi j’vous l’dis, on en a bien besoin en ce moment, d’un message comme ça ! Un autre titre à message : Love Yourself (message à qui ? A Selena ? Ah baaah j’sais pas moi, je ne fais que supposer !) Les paroles ont été écrites par Benny Blanco, qui a notamment contribué à l’écriture de Same old love de Selena Gomez, de Don’t de Ed Sheeran, de Cannonball de Lea Michele ou de Diamonds de Rihanna. Rien que ça.). Donc les paroles : Benny Blanco, Justin et Ed Sheeran. Forcément, elles sont belles. ED SHEERAN quoi. Vous entendez ?! Mon ptit Edou chériiiiiii ! Désolée, fangirlage. Bon je dois l’admettre, c’est pas vraiment un message d’espoir comme dans Children, mais franchement, moi ça me donne envie d’envoyer valser les quelques personnes qui ont fait partie de ma vie et qui ont juste aidé à ce que je me sente mal et que je perde confiance en moi. Limite je leurs souhaiterais même pas de s’aimer eux-même. Mais bon, Justin il est gentil.

Niveau musique, j’aime beaucoup moins No pressure et No sense. Je sais pas, j’accroche pas. En fait, les sonorités un peu R&B me plaisent pas trop. Ca me fait penser à Chris Brown, et j’aime pas Chris Brown. Je trouve que ça met pas du tout Justin en valeur. Enfin, ce n’est que mon avis, si vous kiffez de la mort qui tue, vous avez le droit, évidemment !

Il est également bon (très bon même) de préciser l’énorme effort qui a été fait sur les clips. Je suis impressionnée, vraiment.

giphy (2)

Ils sont tous aussi beau les uns que les autres. J’ai particulièrement retenu celui de I’ll show you, dans lequel les paysages sont juste magnifiques et qui mets vraiment Justin à nu, je trouve. Celui de What do you mean est vraiment fun, dans un supermarché, et la façon de filmer genre « caméra embarquée » ajoute du dynamisme : je valide.

La danse tient une place énorme dans ces clips, et c’est aussi ça qui fait qu’ils sont sublimes. Les chorégraphies sont toutes hyper bien montées, toujours en osmose avec la musique et les danseurs sont over talentueux. En relisant les notes que j’ai prises pour écrire cet article, j’ai remarqué que pour chaque titre (ou presque), j’ai écrit un truc du genre « CHORÉ !! », donc dire que j’ai simplement aimé la danse dans les clips est un tout petit peu trop faible : j’ai tout simplement SUR-AIMÉ. La chorégraphie contemporaine de Life is worth living : sublime (puis le piano-voix, magnifique), la choré de Love Yourself : parfaite, celle de Company : sensuelle juste comme il faut. Bref, je vous conseille vivement de regarder les clips, ils valent franchement le détour.

J’ai noté aussi qu’il y a beaucoup de personnes racisées (terme sociologique utilisé dans le milieu militant et les études sociologiques pour désigner une personne non blanche qui souffre de façon continue et/ou systémique du racisme) dans ces clips. Et je trouve ça hyper bien ! Voilà, c’était la minute militante 😀 (en vrai là j’rigole, mais c’est important, la visibilité)

Bon, en gros, Justin a mis le paquet sur cet album. J’ai tout aimé : les musiques (sauf une ou deux, mais oh, on s’en fout), les clips, la danse, les paroles, les gens dans les clips, la voix de Justin, TOUT !

Les titres qui, selon moi, sont à écouter au plus vite (liste non-exhaustive, évidemment) :

  • Children
  • Purpose
  • Love yourself
  • The feeling
  • Sorry
  • La version acoustique de What do you mean (qui est juste sublime, on entend à quel point Justin chante bien)

Si j’ai un truc à dire pour finir :

giphy (12)

Album disponible sur :

Itunes

Google Play

Amazon

Fnac.com

Spotify

Deezer

Un commentaire sur “Purpose, la renaissance de Justin Bieber ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s