Cinéma

Hunger Games, sortez vos mouchoirs. C’est fini.

Pour x ou y raison, je n’ai vu Hunger Games – La Révolte Partie 2 (de plus en plus long les titres, dis donc) que ce week-end. Soit prêt d’une semaine et demie après sa sortie. Et ça m’a rongé l’estomac, chaque jour passait sans que j’ai l’occasion d’y aller, et finalement, ce samedi, délivrance. Niveau Box Office, ça cartonne. Pas du tout étonnant vu le succès des anciens. A l’heure actuelle, presque 450 millions de dollars de recettes. Rien que ça. Ce dernier volet est-il à la hauteur d’une fin de saga qui, pour une génération, sera tout aussi importante qu’Harry Potter ? (Oui je m’emporte un peu, et alors ?? )

Toute excitée comme j’étais, il y avait peu de chance que je n’aime pas le film. Etant AMOUREUSE du cast entier, et ayant vu les superbes adaptations des trois derniers films, je n’avais que très peu d’inquiétudes sur la qualité du film que j’allais voir.

 

Alors, si on s’est plaint du manque d’action dans la première partie, là on est servi. A tel point que j’avais envie d’entendre plus de dialogues. J’essayais de noter les derniers mots que tel personnage disait, avant de disparaître de l’écran, à tout jamais. Au delà de ça, la partie dans les rues de Panem était magistrale, encore mieux que dans le livre (oui j’ose le dire). De manière générale, des mitraillettes sortant des murs pour vider deux chargeurs entiers, c’est toujours plus impressionnant à voir qu’à lire. Je pense qu’on est tous d’accord là-dessus. Petite déception peut-être, mais mini mini mini déception : la scène dans les égouts. Grosse impression de déjà-vu, c’est la mode des zombies, we got it. C’est dégueu, ça fait peur. Mais c’est pas très original. Malgré tout, ils ont bien réussi à gérer les moments de tensions. On savait que quelque chose allait arriver, FOR-CE-MENT. Mais quand ? That is the question (à lire dans vos têtes à la french, zat ise ze kestioneu).

200-2
J’ai réellement ri comme ça à ma blague en l’écrivant.

Je voyais la fin arriver, que je connaissais parce que j’ai lu les livres, donc pas de surprise, et je voulais absolument pas que ça se finisse. Pas de nouveau Hunger Games en novembre prochain. Et c’est pas avec les nouvelles franchises qui sont sorties qu’on va être rassasié (oui Le Labyrinthe, je parle de toi.) Alors oui, j’ai pleuré. Évidemment que j’ai pleuré. Mais j’ai jamais été autant frappée par l’exactitude de la saga qui paraissait plus que jamais être une critique de la société actuelle. Je sais bien que non, on n’envoie pas encore des gamins s’entre-tuer dans une arène pour les diffuser à la télé, mais après le film, je n’arrêtais pas de faire des liens entre Panem et la société moderne, capitaliste, actuelle. Ma société, dans laquelle je vis, et dont je fais partie. Et quand ça cogite là-haut, c’est généralement signe que c’est un bon film. Ou du moins qu’il a servi à quelque chose.

200-3

4 commentaires sur “Hunger Games, sortez vos mouchoirs. C’est fini.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s