Cinéma

Movie Night : Orgueil et Préjugés et Zombies

Oui, oui,  vous avez bien lu. C’est un film qui a été produit, réalisé, sorti en salle TOUT. Des gens ont pensé que c’était une bonne idée de balancer des zombies dans le chef d’oeuvre classique de Jane Austen.

Le film est sorti cette année sans grand succès en salle. Réalisé par Burr Steers, on y retrouve Lily James (Cendrillon) dans le rôle de Lizzie Bennet et Sam Riley dans celui de Monsieur Darcy.

Et vous savez quoi une fois qu’on s’est fait à l’idée, pourquoi pas. Je m’explique. S’inspirer d’une histoire mondialement connu avec des personnages déjà adorés, ça pose les bases pour un bon film non ? C’est pas original, au meilleur des cas ça reste une copie. Mais bon pas de quoi crier au scandale, me diriez-vous. Oui mais voilà, ce n’était pas un bon film. Ils ont même massacré un personnage clef, alors bon je me donne le droit de râler.

Après le premier sursaut de surprise sur ce mélange douteux de style, je laisse tranquillement sa chance à ce petit long métrage. Je m’installe, avec mon thé, pépére en ce dimanche soir. Honnêtement le mélange Angleterre du 18ème et mort-vivant un peu dark fonctionne. On prend un peu de recul, on évite le premier degré évidemment. On a le droit à cinq personnages féminins badass, qui ont appris à se battre en Chine et pas au Japon – ne me demandez pas, apparemment c’est important. On a une atmosphère un peu gothique. Ça démarre donc pas si mal, on commence à espérer qu’on ne va pas assister à un naufrage. C’est se méprendre.

giphy

Le problème c’est que tout ce que je commençais à apprécier dans le film n’a pas du tout était approfondi. Les cinq soeurs sont très peu développées, Elizabeth Bennet oui, mais même ce personnage que j’adore dans le bouquin pour sa forte personnalité et son franc-parler, là je reste un peu pessimiste. Mais passons, ce n’est pas le pire. Le pire c’est Darcy. Non parce que je sais, j’ai du me faire une idée dans ma tête mais je ne le voyais pas du tout en dépressif limite vampire sanguinaire comparable à un parpaing en béton niveau émotion. Si je voulais un sous Pete Doherty sous antidépresseur, je l’aurais imaginé comme ça mais non, oh grand jamais. Moi, grande romantique dans l’âme, n’est pas du tout compris le passage on se déteste/on s’aime. Et oui c’est comme ça dans le bouquin mais c’est beaucoup mieux expliqué, beaucoup mieux avancé. Ici, on comprend pas.

On repêche du naufrage peut-être Matt Smith, qui arrive à être presque drôle dans certains passages. Mais sinon, le film s’enfonce tout seul en se prenant trop au sérieux. Ce plot twist à la fin est archi vu et revu, aucune surprise. Les scènes d’actions sont en carton. C’est bien beau de prendre un élément tendance et de le mixer avec une histoire qui fonctionne, mais faut quand même un peu de travail sinon ça ne fonctionne pas, justement. A bon entendeur. 

source photo : cinemaniak.net

2 commentaires sur “Movie Night : Orgueil et Préjugés et Zombies

  1. J’ai toujours hésité à voir ce film aussi bien pour découvrir l’œuvre de Jane Austen sous un nouvel œil mais aussi pour observer des zombies en dehors de notre époque contemporaine ( pourquoi on a jamais des zombies au Moyen Age, Renaissance, Moyen Orient, Asie, je ne sais pas, ils pourraient varier ).
    Ton article aura mis le dernier coup de pieu dans cette aspiration bien que l’idée du « sous Pete Doherty sous antidépresseur » m’a fait rire, je dois l’admettre xD

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s