série

Bilan – American Horror Story: Roanoke

Grand fan d’American Horror Story depuis la toute première saison, j’attendais avec impatience la sixième saison qui devait rattraper une saison 4 décevante et une saison 5 trop brouillonne. L’appréhension s’est vite dissipée, la saison m’a complètement envouté, pari réussi!

ahs

American Horror Story est une série créée par Ryan Murphy avec, pour n’en nommer que quelques uns, Evan Peters (X-Men), Sarah Paulson (American Crime Story), Kathy Bathes (Titanic). Bref, niveau cast, c’est du lourd. Son format est particulier: Chaque saison, l’histoire change complètement, mais les acteurs, eux, ne changent pas. Format particulier mais qui fonctionne et qui laisse aux acteurs l’occasion de jouer des personnages différents chaque année. L’avantage de ce format est que dans le cas d’une mort, il est quasi-certain qu’on puisse revoir l’acteur la saison suivante. (On a tous déjà regardé une série pour un acteur et bam, mort soudaine, déception, tristesse, etc). L’autre avantage, c’est qu’on ne se lasse pas et, si une saison ne nous plait pas, on peut la passer (Il n’y pas de lien direct entre chaque saison). Enfin, on évite les épisodes qui trainent en longueur (Pour avoir regardé pas mal de séries, y a des fois, on a vraiment l’impression qu’un épisode est fait juste pour être là et que l’action traîne, mais traîne tellement qu’on en vient à se demander l’intérêt de l’épisode).

ahs6.jpg
Promo de la saison 6 d’American Horror Story.

Parlons donc de la saison 6. J’ai été très déçu par la saison 4 (American Horror Story: Freakshow), qui m’a semblé confuse, dénuée d’histoire. La saison 5 (American Horror Story: Hotel), qui incluait pour la première fois Lady Gaga, une nouvelle arrivée qui a bien trouvé sa place et qu’on retrouve dans cette saison 6, avait bien commencé, mais est devenue confuse, malgré un final qui a rehaussé le tout. Bref, il semblait bien que Murphy peinait à faire une saison aussi captivante que la saison 1 (American Horror Story: Murder House) ou la saison 2 (American Horror Story: Asylum). Alors, j’étais à la fois impatient et inquiet de voir la saison 6, de peur d’être déçu. Au contraire, la saison 6 m’a totalement plus.

ahs house.jpg
Maison hantée d’American Horror Story: Roanoke.

American Horror Story: Roanoke est revenu aux origines d’American Horror Story: L’angoisse, une histoire qui se tient et de qualité avec des acteurs bourrés de talent. Et ça marche. La saison suit le format d’un documentaire sur les habitants d’une maison qui semble hantée. Expliquer totalement le format de la saison serait compliquée, donc autant en rester là. Du point de vue ‘American’, la maison est située près de l’endroit où la colonie Roanoke, une colonie de colons venus coloniser l’Amérique, a mystérieusement disparu (On ne sait toujours pas ce qui s’est passé). Du point de vue ‘Horror’, la saison a mis le paquet: C’est la saison la plus gore, la plus sanguinolente, la plus meurtrière. Du point de vue ‘Story’, ça marche: l’histoire est bien ficelée. On suit donc l’histoire d’un couple qui tente de survivre dans une maison où d’étranges apparitions ont lieu, des cris, des objets qui tombent… Bref, le mix parfait pour une bonne séance d’angoisse. Sans compter les bois hantés, des voisins pas très nets, totalement terrifiants… Chaque épisode donne envie de regarder le suivant, la peur est là, bref un total succès. 

roanoke.jpg

La saison garde le mystère sur les phénomènes étranges de la maison: Est-ce vrai? Les personnages ont-ils halluciné? La saison n’apporte pas de réponses claires, et c’est tant mieux: Chacun en tire ses conclusions. Est-ce vrai? Est-ce juste une illusion? Et c’est peut être ça le message de cette saison: Comment dissocier le vrai du faux à la télé ? L’épisode final, le dixième, est néanmoins le plus brouillon de la saison. Loin d’être décevant, il se passe beaucoup de choses, qu’au final,on se dit que l’action aurait pu être étalée sur deux épisodes, afin de donner à chaque action le temps d’aboutir. C’est… trop. Autrement, la saison retrouve les qualités des premières saisons et, si je devais faire un classement des saisons:

  1. American Horror Story: Asylum
  2. American Horror Story: Murder House
  3. American Horror Story: Roanoke 
  4. American Horror Story: Coven
  5. American Horror Story: Hotel
  6. American Horror Story: Freakshow

Si vous avez vu toutes les saisons, n’hésitez pas à poster votre classement. Je recommande néanmoins la série, qui, malgré quelques loupés (personne n’est parfait!), reste une très bonne série.

2 commentaires sur “Bilan – American Horror Story: Roanoke

  1. Faut vraiment que je m’y remette… j’ai pas vu la saison 5 parce que j’ai peur par rapport a Lady Gaga et donc la saison 6 n’ai toujours pas vu elle aussi…

    Apres j’avoue que je suis comme toi pour le coup. La saison 4 a été quelque peu décevante. J’ai adoré les 3 premieres saisons mais la 3 ne fait pas vraiment peur ni psychoter contrairement à la 2 qui est horrible (-ment bien) et la 1 qui fait quelque peu flipper quand meme. ^^
    Bref faut que je m’y remette haha

    J'aime

  2. Directement entrée dans mon Top 3, à la deuxième place (derrière Murder House, qui reste pour moi indétrônable, avec une Jessica Lange juste MAGIQUE)(et juste avant Coven, pour laquelle j’ai un faible : des sorcières, la Nouvelle-Orléans, du vaudou, il m’en faut pas beaucoup plus).
    Les saisons 4 et 5 m’ont laissé un goût amer de déception dans la bouche : outre l’omniprésence de Lady Gaga et de son charisme aux abonnés absents, les storylines sont multiples, brouillonnes et aucune des deux saisons n’a vraiment de fil conducteur. On voit apparaître des personnages, on les suit un peu, puis pouf’ ils disparaissent sans qu’on sache pourquoi ni comment, ni qu’on les regrette spécifiquement. Bref, l’avalanche de gore ne remplace pas un scénario, quoi.

    Du coup, voilà : je suis fan de cette sixième saison et, en ce qui me concerne, j’ai trouvé le final parfait. Chose suffisamment rare pour être notée parce qu’en général, Ryan Murphy, les épisodes finaux, c’est clairement pas son truc. Autant il soigne le début, autant la fin… On a la sensation qu’en général, il sait pas trop où il va, il tâtonne et on s’emmerde un peu (oui, Hotel, c’est de toi que je parle). Le personnage de Lee est celui qui prend le plus d’épaisseur et de profondeur au fil des épisodes, et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ça… Elle me laissait particulièrement indifférente dans les deux à trois premiers épisodes, j’étais davantage centrée sur Shelby (même si Sarah Paulson m’exaspère 75% du temps).

    Bref. Renouveau d’AHS, je suis conquise et j’ai hâte de voir une septième saison 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s